Le Challenge Debiopharm Inartis

“Qui pourra changer le monde dans lequel nous vivons?”

Lauréats 2017

 «KidsE» soumis par Barbara Wildhaber et Valérie McLin, médecins aux HUG à Genève et professeurs du Centre Suisse des Maladies du Foie de l’Enfant, est un serious game, disponible sur ordinateur et tablette, permettant à l’enfant et l’adolescent transplanté ou en voie de le devenir, d’apprivoiser sa maladie et son dossier médical pour faire un meilleur suivi de sa maladie. Ce projet a comme objectif de responsabiliser les jeunes patients pour augmenter les chances de réussite de greffes. Ce modèle pourrait, à terme, être appliqué à d’autres types de transplantations et même d’autres maladies chroniques.

« Cela fait plus de 5 ans que nous travaillons au quotidien, auprès des familles, avec le personnel soignant et des spécialistes techniques, pour développer une application personnalisée qui permette de gérer cet âge critique de la transition pour les patients transplantés hépatiques » confie Valérie McLin. « Grâce au prix du Challenge Debiopharm-Inartis, nous allons pouvoir mettre tout ce savoir et ces compétences au profit d’un jeu encore plus captivant et à disposition d’autres populations pédiatriques avec des affections chroniques » complète Barbara Wildhaber.

 

«Tremor» porté par Jonathan Poisard et accompagné dans son développement par la Fondation Inartis consiste à aider les patients souffrant de tremblements chroniques à boire sans renverser le liquide de leur verre et sans avoir recourt à une paille. Ce projet a été initié par un groupe d’étudiants et d’étudiantes en MBA dans le cadre d’un workshop d’une semaine dédiée à l’innovation organisé par l’IMD sous la supervision du professeur en stratégie de l’innovation, Dr. Cyril Bouquet en partenariat avec UniverCité à Renens.

« Ce projet est parti d’une solution technologique complexe et coûteuse pour prendre forme dans un prototype financièrement accessible et à larges applications » explique Benoît Dubuis, Président de la Fondation Inartis. « Le support externe a laissé place à une matrice interne au contenant, qui s’adapte à tout type de verre et de tasse et peut venir en aide aux patients atteints de la maladie de Parkinson par exemple ».

Restez informé

Abonnez-vous à notre newsletter